Résultats du Baromètre 2015 ACSEL-CDC de la Confiance des Français dans le numérique


Les résultats complets en 120 slides sont disponibles uniquement pour les adhérents.

Je suis adhérent à l’ACSEL et je souhaite recevoir les résultats. Je clique ICI.


.

Malgré une forte réticence à communiquer des informations personnelles (+ 16 points depuis 2009), les Français utilisent massivement Internet et sont intéressés par les nouveaux usages de l’économie collaborative et des Objets Connectés

Les résultats de cette 4ème édition du Baromètre de la Confiance des Français dans le numérique montrent une baisse constante de la confiance (seuls 40% des internautes ont globalement confiance). Les Français sont également de plus en plus réticents à communiquer des informations personnelles en ligne. Cependant, ils continuent à utiliser massivement les services en ligne avec un usage qui plafonne. Les Français sont également intéressés par les nouveaux usages comme l’économie collaborative et les objets connectés.

>> Une très forte confiance des utilisateurs dans l’économie collaborative
83% des offreurs et 79% des clients ont confiance dans l’économie collaborative. La renommée de la plateforme d’économie collaborative reste le 1er levier de confiance pour 54% des clients et 53% des offreurs.
Pour les clients, les autres facteurs de confiance sont la notation des utilisateurs (52%), les possibilités de recours (37%), les renseignements sur les personnes et les modalités de paiement (36%).
Quant aux offreurs, ils plébiscitent les modalités de paiement et les notations des utilisateurs (49%) et les possibilités de recours (43%).
Des freins subsistent dans la pratique de l’économie collaborative. Pour les clients ce sont la mauvaise qualité de service (43%), le piratage des données bancaires (40%), l’utilisation abusive des données personnelles (34%) et le défaut de service (28%).
Côté offreurs, les principales craintes sont l’incivilité du client (57%), l’absence du client (46%), suivies à 44% du défaut de paiement et des dégradations ou vols.

>> Les motivations : faire des économies et des rencontres pour les loueurs quand les offreurs citent en premier lieu une démarche écologique
85% des loueurs citent les motifs économiques comme première motivation, 39% une démarche écologique et 21% faire des rencontres.
Pour les offreurs, c’est avant tout la démarche écologique qui est mise en avant pour 57%, bénéficier de nouvelles sources de revenus (54%) et faire des rencontres 32%.

>> Un engouement avéré pour les Objets Connectés
On observe un engouement avéré pour les objets connectés (10% d’équipés, 20% d’intention) mais avec une confiance relative : 61% des utilisateurs se disent gênés par le stockage des données sur Internet, 35% des utilisateurs de maison connectée ne savent pas où sont stockées les données générées dans les appareils connectés.

>> La réticence à communiquer ses données connaît une hausse importante
• 21% se déclarent réticents à la communication d’attributs d’identité en ligne, contre 5% en 2009.
• 74% refusent d’être géolocalisés.
• Seuls 18% publieraient en ligne des informations relatives à leur santé contre 29% il y a deux ans.
• 29% sont prêts à mettre en ligne des photos contre 49% en 2013.
• 86% des internautes ne voient pas d’intérêt à valoriser leurs données en échange d’avantages.

>> Les taux d’usage établis plafonnent mais ne sont pas affectés par la baisse de la confiance
Même si les taux d’usage restent très élevés (administration et e-commerce 89%, banque 86%, réseaux sociaux 77%), la confiance se dégrade. Dans l’administration en ligne, elle est passée de 86% en 2009 à 67% en 2015, dans la banque en ligne, de 69% à 72% et dans l’e-commerce, de 53% à 43%. Seuls les réseaux sociaux progressent (de 35% en 2011 à 43% en 2015).

>> Une valeur d’usage qui prime sur la confiance
L’e-commerce et les réseaux sociaux connaissent le plus grand écart entre usage et confiance : usage 89% / confiance 43% pour le commerce en ligne et usage 77% / confiance 43% pour les réseaux sociaux.
Pour accorder leur confiance, les internautes plébiscitent en premier lieu la crédibilité du site : ils sont 49% à faire confiance aux sites de commerce en ligne connus, 54 % à la renommée du site pour l’économie collaborative, 23 % à la réputation du site sur les réseaux sociaux.
Le premier frein est lié à l’usurpation d’identité et à la fraude associée comme le piratage des données bancaires : cité à 86% pour l’e-commerce, 66% pour la banque en ligne, 42% pour l’administration, 36% pour les réseaux sociaux.

>> Les internautes font preuve de maturité et développent des stratégies de protection de leurs données personnelles
• 84% ont déjà eu une action concrète de protection quand ils naviguent sur internet.
• 44% fournissent des informations erronées.
• 28% des utilisateurs de réseaux sociaux utilisent un pseudo contre 16% en 2013.
• 70% ont effacé des cookies ou des fichiers temporaires.

>>Une demande pour des labels et des marques de confiance
• 52% des internautes ne souhaitant pas acheter sur des sites étrangers seraient rassurés par un label européen.
• 31% des internautes seraient rassurés par un label CNIL pour les sites de l’administration et 22% pour l’e-commerce.

METHODOLOGIE

Enquête réalisée par l’IDATE.

SONDAGE EN LIGNE AUPRÈS DE 1000 INTERNAUTES AU MOIS DE MARS 2015.
ECHANTILLON REPRESENTATIF DE LA POPULATION FRANCAISE.

PRÉCÉDENTES VAGUES EN 2009, 2011, 2013:

.

Partager ce post